UN JOUR DE CHANCE : LA JOURNÉE MONDIALE DU PANGOLIN !

0

Lors de la récente réunion sur la biodiversité de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Hawaii en septembre dernier, un de mes bons amis, Azzedine Downes, qui s’avère être le président du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), m’a demandé si je pouvais donner une courte conférence lors d’un rassemblement qu’ils organisaient – au sujet des pangolins ! Azzedine sait que je ne peux rien lui refuser et donc bien sûr, je devais dire « oui » ! Le but de la soirée était d’aider à persuader les pays du monde entier que tous les pangolins devraient bénéficier du plus haut niveau de protection contre le commerce international.

Je me souviens de la première fois que j’ai entendu parler d’eux par Louis Leakey en 1957. C’était cette année magique où il m’a invitée à rejoindre sa petite équipe dans les gorges d’Olduvai – quelques années avant que les premiers restes d’hominidé (Zinjanthropus) n’y soient trouvés. Il a décrit ces étranges créatures qui ressemblent un peu aux fourmiliers ou aux tatous, mais qui sont recouvertes d’écailles. Lorsqu’il est menacé, un pangolin s’enroule en boule comme un hérisson. Parfois, il fouette avec sa queue, dont les écailles peuvent facilement couper la peau d’un prédateur. En guise de dissuasion finale, ces curieuses créatures peuvent émettre un acide nauséabond à partir de glandes situées près de l’anus, semblable à celui d’une mouffette (bien qu’ils ne pulvérisent pas le liquide comme le fait la moufette).

Leakey m’a aussi dit qu’il a vu une fois une meute de lions entourant une « boule de pangolin », la tapotant avec leurs pattes, sautant dessus et la mordant. Après un certain temps, ils ont abandonné et se sont éloignés – le pangolin indemne s’est ensuite déroulé et s’est précipité dans la direction opposée. Il y a un certain nombre d’histoires similaires sur YouTube aujourd’hui.

Les pangolins sont vraiment des créatures étranges. Ils ont leur propre ordre, famille et genre qui a vu le jour il y a environ 80 millions d’années. Il existe huit espèces, dont quatre se trouvent en Asie (chinoise, malaise, philippine et indienne) et les quatre autres en Afrique. Celui que j’aurais pu rencontrer sur le Serengeti est le pangolin géant (Manis gigantea), que l’on trouve aussi dans les zones forestières, y compris au Rwanda et au Burundi, et dans l’ouest de la Tanzanie (Parc national de Mahale et presque certainement aussi à Gombe). Anthony Collins a rencontré à deux reprises un pangolin – soit un pangolin géant soit un pangolin terrestre sur la plage la nuit. Il a pris cette merveilleuse photo.

Pangolin Gombe-1

À Gombe, je pense que nous avons aussi le pangolin à petites écailles (Phataginus tricuspis). Dans les années 1970, j’étais dans la forêt quand j’ai entendu un groupe de chimpanzés donner l’alarme « wraaaaah » – un son sauvage qui glace le sang. Je me suis dépêchée aussi vite que possible pour voir ce qui se passait, et j’ai trouvé un groupe de trois mâles adultes et quelques femelles quelque part en haut d’un petit arbre. Ils avaient tous le poil complètement hérissé et regardaient vers le bas et criaient en direction de quelque chose dans un trou dans l’arbre. En grimpant sur un arbre voisin, j’ai pu voir un pangolin qui s’y était manifestement réfugié. Seul le dos écailleux était visible. Un chimpanzé a pris un bâton et a frappé le pauvre animal – mais les écailles ont fourni une excellente protection et les chimpanzés ont fini par perdre tout intérêt et se sont éloignés. J’ai attendu un moment, mais il se faisait tard et je suis partie sans revoir le pangolin.

Il n’est pas surprenant que les chimpanzés aient eu un peu peur d’une créature aussi étrange, je suppose qu’ils n’en voient pas très souvent car les pangolins sont nocturnes et solitaires pour la plupart. (Seul le pangolin à longue queue de l’Afrique centrale et de l’Ouest, me dit-on, est régulièrement actif pendant la journée). Il n’y a pas de lien de couple entre le mâle et la femelle : le mâle plus grand marque son territoire avec de l’urine pour attirer les femelles mais ensuite, une fois gestante, elle s’éloigne d’elle-même jusqu’à donner naissance à son seul petit. Pendant trois mois, ce nourrisson se promènera sur sa queue – comme je rêve de voir ça ! – et restera avec elle pendant quelques mois de plus, pendant lesquels je suppose qu’il apprend le mode de vie du pangolin, comment localiser les termitières (surtout par l’odeur car ils ont une mauvaise vue). Finalement, le jeune se sent assez confiant pour quitter sa mère et commencer sa vie indépendante.

(AP Photo/Firdia Lisnawati)

(AP Photo/Firdia Lisnawati)

Avec un programme pilote de piège photographique à Gombe, nous pouvons voir certains de ces comportements. Voir comment ils ouvrent un nid de termites ou de fourmis et poussent leurs langues longues (plus longues que leur corps !) et collantes le long des passages pour ramasser les insectes. Ils n’ont pas de dents pour mâcher, mais les insectes sont broyés par des épines kératiniques à l’intérieur de leur estomac. Ce sont vraiment des créatures étranges ! Elizabeth Lonsdorf, l’une de nos chercheuses travaillant à Gombe, a capturé des images fabuleuses d’un pangolin en plein repas.

Le pangolin est le mammifère le plus vendu illégalement dans le monde, chassé pour sa viande et pour la valeur médicinale supposée de ses écailles. IFAW a rapporté l’information qu’un million de pangolins sont estimés avoir été braconnés au cours de la dernière décennie pour satisfaire la demande des pays consommateurs, y compris la Chine, le Vietnam et les États-Unis. Alors que les populations de pangolin diminuaient dans les pays consommateurs, les trafiquants ont commencé à chercher des pangolins dans d’autres régions, notamment en Asie du Sud-Est, dans le sous-continent indien et maintenant en Afrique.

Bien que les écailles soient simplement de la kératine et n’aient aucune valeur médicinale, dans la médecine traditionnelle chinoise, elles sont séchées, grillées et vendues. Certains croient qu’elles peuvent guérir à peu près tout, du cancer à l’acné, bien qu’il n’y ait aucune preuve à l’appui de cette idée. En Afrique aussi, les écailles de pangolin sont appréciées à certains endroits : lorsqu’un chercheur de Gombe a trouvé un pangolin mort, le garde forestier qui était avec lui a demandé s’il pouvait avoir une des écailles. Il croyait que si vous brûlez le bord de l’écaille avec une allumette, la fumée éloignerait les lions. (Même s’il n’y a plus de lions à Gombe depuis plus de 50 ans !)

En raison de toute cette fausse croyance en leur valeur, les écailles du pangolin peuvent se vendre sur le marché noir pour plus de 3.000 $ US le kilogramme (environ 2.500 euros). Les pangolins et/ou leurs écailles sont réexpédiés clandestinement vers les pays consommateurs par le biais de grands conteneurs d’expédition, contenant souvent plusieurs tonnes d’écailles de pangolin et de viande congelée. Les gens sont surpris d’apprendre que les États-Unis sont un pays consommateur – mais les données du gouvernement américain montrent qu’au cours de la dernière décennie, plus de 26.000 produits fabriqués avec des dérivés de pangolin ont été saisis par le gouvernement fédéral lors de leur entrée aux États-Unis.

On estime que 100.000 pangolins sont capturés chaque année à travers l’Afrique et l’Asie, la plupart étant expédiés en Chine et au Vietnam. Ce commerce illégal a fait des pangolins l’animal le plus vendu sur terre, certaines estimations affirmant que les ventes représentent aujourd’hui jusqu’à 20% de l’ensemble du marché noir de la faune sauvage. En septembre, j’ai donné ma conférence à la réunion de l’UICN, aux côtés d’Azzedine, ainsi que Jeffrey Flocken, Directeur d’IFAW Amérique du Nord, et les experts en pangolin, Lisa Hywood, Thai Van Nguyen, Darren Pieterson et Dan Challender.

Pangolin event IUCN IMG_6319 (1)

Après cette réunion, les pays du monde entier se sont réunis à Johannesburg, en Afrique du Sud, à l’occasion de la Conférence de la CITES, et ont voté le transfert des huit espèces de pangolin de l’Annexe II à l’Annexe I ! Cela signifie que les pangolins bénéficieront des protections mondiales les plus strictes possibles contre le commerce. Ainsi, alors qu’il est horrifiant de penser que toutes les espèces sont si menacées, nous devons espérer que le nouveau niveau de protection sauvera ces merveilleux animaux de l’extinction avant qu’il ne soit trop tard.

Et, pour terminer sur une note d’espoir, le Programme de conservation des carnivores et des pangolins (CPCP), une collaboration entre Save Vietnam’s Wildlife (SVW) et le parc national de Cuc Phuong, a relâché 20 pangolins de Malaisie en août dernier dans un endroit sûr et non divulgué au Vietnam. Ces pangolins en danger critique d’extinction ont été sauvés du commerce des espèces sauvages et réhabilités grâce à SVW/CPCP dans le parc national de Cuc Phuong, province de Ninh Binh.

Les pangolins libérés faisaient partie d’une saisie de 22 pangolins vivants confisqués par les agents du Département de la protection des forêts (FPD) dans la province de Ninh Binh en juin 2016. Les pangolins ne survivent normalement pas bien en captivité, et pourtant sur les 21 pangolins confisqués, 20 ont survécu et ont été relâchés. Phuong Quan Tran, directeur du CPCP, a déclaré : « Cette libération réussie et le taux élevé de survie des pangolins réhabilités sont en grande partie dus à la coopération du FPD de Ninh Binh qui nous a permis de libérer les animaux rapidement et d’éviter la mortalité élevée que les pangolins connaissent normalement en raison du stress en captivité ».

Becci _ Pangolin

Parfois, les gens oublient que chaque animal, une fois qu’on le connaît, a sa propre personnalité. Becci et Mark Crowe, deux de nos sympathisants (de l’Institut Jane Goodall aux États-Unis) se sont récemment rendus au Mozambique. Becci a écrit que l’un des meilleurs moments pour eux a été d’avoir eu l’occasion de passer du temps avec un jeune pangolin nommé Pea qui avait été confisqué aux braconniers. Les pangolins sont nocturnes, et tous les soirs, Pea était emmené dans la brousse pour qu’il puisse apprendre à chercher des fourmis et des termites, et les Crowe se joignaient à lui dans ces promenades. Becci est tombée amoureuse de l’étrange animal et m’a dit qu’il était la petite âme la plus douce et la plus vulnérable. Récemment, nous avons appris la merveilleuse nouvelle que Pea, ayant acquis les compétences nécessaires à sa survie, avait été relâché dans la nature. J’ai ferme espoir qu’il survivra et que cette espèce magnifique et fascinante continuera de vivre, car nous travaillons tous ensemble pour la protéger.

Mise à jour*

Les messages postés sur les réseaux sociaux au sujet de la consommation dans les banquets de viande de pangolin en voie de disparition ont incité les autorités chinoises à lancer une enquête et les personnes surprises en train de manger du pangolin encourent une peine de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans (BBC). Un spécialiste de la protection de la faune y a vu une lueur d’espoir. « J’espère que le scandale deviendra un tournant dans la recherche et le sauvetage de cet animal en danger critique d’extinction « , a déclaré Zhou Canying, directeur de la Wildlife Protection Association à Changsha, dans la province du Hunan. Grâce à la publicité accrue faite sur les menaces qui pèsent toujours sur le pangolin, le peuple chinois et la population internationale appellent à des arrestations plus intenses des chefs des réseaux de trafiquants ainsi que d’autres acteurs de la la chaîne de demande et d’approvisionnement du pangolin. Avec un peu de chance, cela peut faire partie des nombreuses interventions visant à protéger cet animal qui fait l’objet du trafic le plus important.

Partager.

A propos de l'auteur

Le Jane Goodall Institute France, c'est une équipe d'hommes et de femmes dévoués qui transmettent le message et les valeurs du Dr. Jane Goodall en oeuvrant à a protection de la biodiversité et des grands singes, notamment des chimpanzés. Notre but ? Trouver des solutions a l'impact de l'activité humaine et accompagner les populations vers un mode de vie eco-responsable, car il est possible d'agir à son échelle pour sauver notre planète. Comme le dit Dr Goodall, « Tout ce que vous faites a un impact. A vous de choisir quel impact vous voulez avoir »

Les commentaires sont fermés