UN ESPOIR DE CONSERVATION POUR LES PRIMATES

0

Pour nos amis les primates, les nouvelles ont semblé bien lugubres.

Un récent rapport a montré que plus de la moitié des primates du monde sont en voie d’extinction. Impactées par la déforestation, le trafic illégal et la chasse pour la viande de brousse et le commerce d’animaux de compagnie, les espèces de primates disparaissent rapidement. Non seulement les primates sont nos parents les plus proches, ils peuvent aussi être des espèces clés. Cela signifie que les écosystèmes pourraient changer radicalement si les primates disparaissaient.

Mais voici la bonne nouvelle… des efforts de conservation sont mis en place à travers le monde pour sauver nos cousins primates !

Certains pays prennent des mesures pour aider à sauver leurs primates indigènes, grâce à l’intervention du gouvernement et au soutien des organisations sur le terrain. La Chine a mis en place des réserves naturelles pour les rhinopithèques et d’autres espèces de la biodiversité. La Malaisie et l’Indonésie font la promotion d’une production durable d’huile de palme pour enrayer la perte d’habitat des primates. De nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) sensibilisent les gens à travers le monde à ces magnifiques animaux dans l’espoir de les inspirer à les protéger.

Célébrons la façon dont le travail acharné et la persévérance ont contribué au succès de la conservation des primates et peut-être que chacun d’entre nous peut trouver une chose à faire pour aider. Après tout, comme le Dr Jane nous le rappelle souvent, chaque individu peut faire une différence.

Histoire en or

Michael Bentley FlickrL’une des plus grandes histoires de conservation des primates est celle du tamarin-lion doré.

En 1991, à peine 200 tamarins-lions dorés étaient recensés dans les forêts côtières atlantiques du Brésil. L’espèce était alors classée « en danger critique d’extinction » et il y avait peu d’espoir pour sa survie. C’est à ce moment-là que quelques personnes bienveillantes ont décidé d’intervenir.

Le Programme de conservation du tamarin-lion doré a été créé et dirigé en grande partie par l’Institut national de zoologie et de biologie de la conservation du Smithsonian. Le programme a commencé à élever les tamarins dans les zoos et à les réintroduire dans des zones forestières sûres. Ils capturent également les tamarins sauvages des zones menacées et les déplacent vers des zones plus sûres.

Les efforts de conservation se sont concentrés non seulement sur les animaux, mais aussi sur les personnes qui partagent leur environnement. Le Brésil a créé la Réserve biologique de Poço das Antas, en plus d’autres zones protégées, où les habitants peuvent voir et apprendre à connaître la faune sauvage. Le peuple brésilien a également créé l’Association du tamarin-lion doré pour coordonner la conservation et fournir du matériel éducatif dans la zone d’origine des tamarins.

Il y a maintenant environ 3.000 tamarins dorés dans les forêts du Brésil. Près d’un tiers de cette population est liée à des singes élevés grâce aux soins des hommes. En avril 2001, le Programme de conservation du tamarin-lion doré a célébré sa 1000e naissance – une étape digne d’être célébrée puisque sauver cette espèce est loin d’être une tâche facile. Les organisations et les individus ont travaillé sans relâche pour surveiller les progrès tout en s’associant avec les membres de la communauté locale pour protéger la durabilité de l’espèce.

BRA-20-Back

Aujourd’hui, le tamarin-lion doré est inscrit sur la liste des espèces « en voie de disparition », ce qui représente une avancée par rapport à son statut précédent. Le tamarin-lion doré est devenu un symbole national et a été choisi, par vote public, par la Banque centrale du Brésil pour figurer sur leur nouveau billet de 20 Reais.

Regarder des films sur les gorilles

Le Parc national des Virunga se trouve en République démocratique du Congo (RDC) et abrite le gorille de montagne en danger critique d’extinction. En 1981, il ne restait plus que 254 gorilles de montagne sur la planète, dont la plupart vivaient dans les Virunga et la région voisine du Parc national de la forêt impénétrable de Bwindi.


Carine06 FlickrLe tourisme est une industrie en plein essor aux Virunga, qui peut aider économiquement les communautés locales et fournir un soutien financier pour la conservation des gorilles. Comme de nombreux touristes visitent spécifiquement le pays pour observer les gorilles sauvages, les écologistes ont décidé de prendre des mesures plus directes pour assurer la survie de ce grand singe. Virunga fournit maintenant un traitement vétérinaire direct à certains groupes de gorilles, tandis que d’autres ne reçoivent pas de soins et sont complètement sauvages. Des gardes assurent également la protection des gorilles et des frontières des Virunga.

Les efforts combinés des soins vétérinaires et de la protection contre le braconnage ont joué un rôle important dans le succès de la conservation de cette espèce. Aujourd’hui, environ 880 gorilles de montagne vivent dans les Virunga et Bwindi.

Pourtant, les gorilles de montagne sont en danger. La RDC a une longue histoire de troubles civils et la protection des zones naturelles est de plus en plus difficile. Le film Netflix Virunga sorti en 2014, illustre ces luttes et explore la controverse entourant l’intérêt d’une compagnie pétrolière pour le parc.

Après que Netflix a diffusé le documentaire, la compagnie pétrolière intéressée par les Virunga y a interrompu ses activités d’exploration pétrolière. Cette décision est en grande partie à attribuer aux efforts des ONG, comme le Fonds mondial pour la nature (WWF), et a probablement été alimentée par la résistance du public au forage au sein du parc.

La sortie de ce film a été un grand effort de sensibilisation à la conservation. Avant ce film, beaucoup de gens n’avaient jamais entendu parler des Virunga, et encore moins de la situation désastreuse des gorilles et du conflit au sujet de leur habitat protégé. Puisque les espèces de primates vivent partout dans le monde, l’utilisation des médias pour diffuser la sensibilisation et promouvoir la conservation a un énorme potentiel pour sauver ces créatures. Virunga n’est pas le seul exemple et nous espérons que ce ne sera pas le dernier.

Soyez positif, répandez l’espoir, passez à l’action

« Ce n’est pas une belle image, mais il y a toujours des raisons d’espérer « , explique le Dr Jane. Partagez des films, des photos et des faits amusants pour faire passer le mot et parler de ces magnifiques créatures à vos amis. On ne sait jamais, peut-être que vous inspirerez quelqu’un à les aider.

 

Ici, à l’Institut Jane Goodall, nous pensons que les primates sont plutôt fantastiques. Si les actualités donnent donc peu d’espoir sur le futur de ces animaux, nous continuerons à penser de façon positive ainsi qu’à maintenir et étendre nos efforts de conservation.

C’est ici que chacun d’entre nous peut apporter sa pierre : chimp

Nos compagnons primates ont besoin de nous et nous pouvons les aider. JGI a des dizaines d’initiatives en place pour aider à sauver les grands singes et d’autres primates. Avec notre Plan d’action pour la conservation, nos approches d’éducation centrées sur la communauté et nos campagnes de sensibilisation, JGI travaille sous tous les angles pour protéger les écosystèmes et les espèces de primates.

Pour en savoir plus : janegoodall.fr/actions/

Comment aidez-vous les primates ? Partagez vos projets dans la base de données des projets sur rootsandshoots.fr/.

Partager.

A propos de l'auteur

Le Jane Goodall Institute France, c'est une équipe d'hommes et de femmes dévoués qui transmettent le message et les valeurs du Dr. Jane Goodall en oeuvrant à a protection de la biodiversité et des grands singes, notamment des chimpanzés. Notre but ? Trouver des solutions a l'impact de l'activité humaine et accompagner les populations vers un mode de vie eco-responsable, car il est possible d'agir à son échelle pour sauver notre planète. Comme le dit Dr Goodall, « Tout ce que vous faites a un impact. A vous de choisir quel impact vous voulez avoir »

Les commentaires sont fermés