STEPHEN HAWKING ÉTAIT UN ESPRIT HUMAIN INDOMPTABLE

0

« L’indomptable esprit humain » est l’une de mes cinq raisons d’espérer. Personne n’illustre mieux cela que Stephen Hawking. Lorsqu’on lui a diagnostiqué une forme à progression lente d’une maladie des motoneurones, également connue sous le nom de maladie de Lou Gehrig, à l’âge de 21 ans, on lui a dit qu’il ne lui restait que deux ans à vivre. Au début, il était très déprimé et voulait abandonner ses études. « Quel était l’intérêt ? », a-t-il dit. Mais ses médecins l’ont persuadé de continuer et, comme chacun le sait, il est devenu un génie académique, un brillant physicien théoricien et cosmologiste. Il a été, à juste titre, traité comme une célébrité. Il a continué à enseigner et à donner des conférences dans le monde entier alors même que sa maladie paralysait de plus en plus son corps.

Malgré la maladie qui a progressivement et irrémédiablement envahi son corps, Stephen Hawking a vécu une vie plus remplie que celles de nombreuses personnes qui sont physiquement en bonne santé. Lorsqu’il n’était plus capable de parler, il a utilisé des simulateurs vocaux, qu’il actionnait au départ d’une main et finalement, lorsqu’il ne pouvait même pas utiliser un doigt, il a appris à le faire fonctionner avec un muscle de sa joue. Et c’est ainsi qu’il a communiqué avec les publics du monde entier, en volant vers différents lieux dans un jet privé spécialement conçu à cet effet.

Il avait l’avantage d’avoir une famille aimante et une superbe équipe médicale qui, jusqu’à sa mort, a suffisamment maintenu son corps en état pour permettre à son cerveau de continuer à fonctionner. Lorsqu’on lui a demandé comment il arrivait à conserver son énergie mentale, ce qui le maintenait en vie, il a répondu qu’il se concentrait sur ce qu’il pouvait et ferait -ou non- les choses qu’il était incapable de faire. Et il avait aussi le sens de l’humour.

En fin de compte, il n’était qu’esprit – et quel esprit -, contemplant l’origine de l’univers, profitant de discussions animées avec d’autres scientifiques, et aidant le grand public à comprendre (enfin, plus ou moins !) des choses comme le Big Bang et les trous noirs. Un esprit qui lui a donné la volonté de vivre. Je l’ai rencontré une fois, en 1989 et je suis vraiment heureuse d’avoir eu l’occasion de passer quelques instants avec l’une des personnes les plus remarquables de notre planète. Il a étudié les étoiles – et il en était une lui-même.

Et comme je l’ai dit initialement, c’était un brillant exemple de cet esprit indomptable qui permet aux gens de s’attaquer à l’impossible et de ne jamais abandonner. Stephen, votre présence physique parmi nous et votre voix simulée devenue si familière nous manqueront. Votre sagesse restera avec nous pour toujours cependant, capturée dans vos livres et films et dans nos souvenirs.

Partager.

A propos de l'auteur

Le Jane Goodall Institute France, c'est une équipe d'hommes et de femmes dévoués qui transmettent le message et les valeurs du Dr. Jane Goodall en oeuvrant à a protection de la biodiversité et des grands singes, notamment des chimpanzés. Notre but ? Trouver des solutions a l'impact de l'activité humaine et accompagner les populations vers un mode de vie eco-responsable, car il est possible d'agir à son échelle pour sauver notre planète. Comme le dit Dr Goodall, « Tout ce que vous faites a un impact. A vous de choisir quel impact vous voulez avoir »

Les commentaires sont fermés