LES RÉSEAUX SOCIAUX : MA 5ÈME RAISON D’ESPÉRER

0

Pendant des années, j’ai parlé de mes quatre raisons d’espérer : l’énergie, l’engagement, la passion et parfois le courage des jeunes une fois qu’ils sont conscients des problèmes auxquels nous sommes confrontés et qu’ils sont capables d’agir ; le cerveau humain ; la résilience de la nature et la détermination indomptable des hommes.

C’est lors de la Marche pour le climat en septembre 2014 à New York que j’ai soudain réalisé qu’il y avait une autre raison d’espérer. En marchant avec Al Gore, le secrétaire général, Ban Ki-moon et son épouse, le ministre français des Affaires étrangères, le ministre péruvien de l’Environnement et d’autres, j’ai pu voir, tout autour de moi, des gens avec leur téléphone portable. Ils se servaient de Facebook et de Twitter pour dire à leurs amis ce qui se passait, leur dire de venir se joindre à eux, que c’était chouette.

Ceux qui organisaient la marche s’attendaient à avoir peut-être 100.000 participants. En fait, il y en a eu, en fin de compte, près de 400.000. Ils ont continué à arriver jusqu’à ce que la police soit obligée de les stopper. Il y en avait trop. Plus tard, j’ai découvert que 1.574 organisations et 50.000 étudiants universitaires avaient participé et qu’il y avait eu 630.000 messages postés sur les réseaux sociaux. Par la suite, 5.200 articles ont été rédigés. Et ce n’était pas seulement New York. J’ai découvert qu’il y avait eu 2.646 événements distincts dans 162 pays, auxquels assistaient plus de 100 chefs d’État. Il s’agissait de la plus grande marche mondiale de l’histoire. Et sans les réseaux sociaux, cela n’aurait pas été possible.

Puis il y a eu la Marche pour les éléphants et les rhinocéros en 2014 qui s’est déroulée dans plus de 120 endroits (même en Antarctique !). Des centaines de milliers de personnes ont défilé – et les chiffres ont augmenté au fur et à mesure que les différents événements étaient partagés dans les villes du monde entier via le gestionnaire d’événements et les posts de Facebook.

Il y a tellement d’autres exemples de personnes qui s’impliquent dans un événement, qui sont sensibilisées à un problème, grâce aux réseaux sociaux. Des gens du monde entier ont pu participer à mon 80e anniversaire parce que le JGI a utilisé Twitter et Facebook pour faire passer le mot, en utilisant le hashtag #80yearsofJane. Des milliers de personnes ont célébré cette journée – sans les réseaux sociaux, cela n’aurait pas été possible.

Depuis des années, je dis que chaque individu compte. Je vous le dis maintenant, votre voix compte – et maintenant vous avez une nouvelle façon de faire entendre votre voix. S’il vous plaît, utilisez les réseaux sociaux. Utilisez Twitter, Facebook, Instagram, Snapchat et tous les autres outils disponibles par le biais des réseaux sociaux, pour faire passer votre message, pour rejoindre des campagnes qui vous passionnent. C’est en agissant ensemble, de cette manière passionnante, que nous pouvons impliquer des milliers – des millions – de personnes, et c’est ce qui va changer le monde. C’est ainsi que nous pouvons tenir tête aux multinationales géantes qui nuisent à notre planète pour satisfaire leur soif de profit immédiat, sans jamais penser à ceux qui hériteront du monde qu’ils ont tant dégradé.

Alors, joyeuse Journée mondiale des réseaux sociaux (#SocialMediaDay) à vous tous ! Pour célébrer cette journée importante, l’Institut Jane Goodall et moi-même avons rejoint Snapchat ! Nous vous invitons à suivre nos aventures d’une manière nouvelle et excitante en nous suivant sur @janegoodallinst.

Jane Goodall

Partager.

A propos de l'auteur

Le Jane Goodall Institute France, c'est une équipe d'hommes et de femmes dévoués qui transmettent le message et les valeurs du Dr. Jane Goodall en oeuvrant à a protection de la biodiversité et des grands singes, notamment des chimpanzés. Notre but ? Trouver des solutions a l'impact de l'activité humaine et accompagner les populations vers un mode de vie eco-responsable, car il est possible d'agir à son échelle pour sauver notre planète. Comme le dit Dr Goodall, « Tout ce que vous faites a un impact. A vous de choisir quel impact vous voulez avoir »

Les commentaires sont fermés